Voir les images

Moi vieillir plutôt crever

Published Date: 13 octobre 2016

Disponible en librairies

19.90€

Il ne s’agit pas d’interviews questions/réponses basiques, mais de vraies rencontres écrites et mises en situation de manière inédite, autour de ce vaste sujet de l’âge, qui concerne tout le monde, et suscite, dans ce livre, une formidable envie d’en rire à chaque chapitre.

Do not specify content here, it will be hidden due to Popup « Anylink » option.

Résumé

Il s’agit là d’un titre coup de poing, un bras d’honneur au temps qui marque les visages et les corps, une provoc à l’adresse de celles et ceux, plus jeunes, qui vous rappellent avec une compassion aussi insupportable que bienveillante, que vous vieillissez un peu plus chaque jour… Partant du principe que nous suivons tous exactement la même trajectoire avec des parcours différents qui nous conduisent au même endroit, j’ai eu envie de casser les conventions d’un « bien vieillir » formaté « conseils et recettes » que, par ennui et incompétence, j’aurais été totalement incapable d’écrire.

J’ai donc fait tout le contraire ! Mon moteur : depuis mes stages en classe chimio à la Pitié-Salpêtrière (on a les universités qu’on peut !) je m’entends plutôt bien avec cette accumulation d’années inespérées qui s’additionnent comme autant de cadeaux d’anniversaires. Mais qu’on soit bien d’accord : ce n’est pas une raison pour mal vieillir ! Et je ne suis pas la seule à penser la même chose, vous allez le comprendre en découvrant dans ce livre, et pour la première fois réunis, des personnages aussi disparates que Jacques Séguéla, Brigitte Lahaie, Claude Sarraute, une célèbre hardeuse recyclée dans le chocolat érotique (queue de béton à l’écran), Vincent Moscato, rugbyman transformé showman, Marion la prostituée octogénaire, J.P. Pernault solide face à « la relève », et aussi Mimie Mathy et Franck Dubosc, Denise distinguée retraitée d’un club échangiste, un Jean-Pierre Mocky brut de tendresse, Patrick Sébastien que j’ai vu naître à la télé, Michel Drucker qui a (presque !) vu naître la télé, et aussi des gens de la vie, des jeunes se trouvant trop vieux, des vieux se voulant trop jeunes, et moi de temps en temps, parce qu’il n’y a pas de raison !

L’auteur

Sophie Darel

Formée à l’école de la comédie au Conservatoire de Paris, Sophie débute dans les cabarets rive gauche, où elle chante des textes de Desnos, Aragon, Prévert…  C’est là que Jacques Brel la remarque et décide de la faire passer en première partie de son spectacle à Bobino, puis de l’emmener en tournée avec lui.

En 1971 Jacqueline Duforest lui fait rencontrer l’homme de télévision le plus populaire de France : Guy Lux qui, séduit par son sens de l’improvisation et sa spontanéité, lui propose d’être à ses côtés pour présenter sa prochaine émission.Les rendez-vous hebdomadaires de Sophie et Guy Lux durent une dizaine d’années au cours desquelles elle « fait » plusieurs fois l’Olympia : comme présentatrice et chanteuse avec Les Compagnons de la Chanson, Françoise Hardy, Stone et Charden, Michel Jonasz, puis dans un genre à l’époque totalement nouveau pour une femme : les imitations.Son succès et sa popularité sont tels qu’elle assurera les premières parties de Serge Lama, Sacha Distel, Michel Sardou, Eddy Mitchell, Michel Jonasz… Grâce à elle, Michel Leeb et Yves Lecoq se font ouvrir les portes de leurs premières télés. Mais c’est surtout Patrick Sébastien qui saura se souvenir qu’elle a cru en lui, faisant d’elle une invitée privilégiée de ses plateaux télé.Parallèlement à ses prestations télévisées, elle part en tournée théâtrale pour une centaine de représentations de « Coups de foudre » avec Patrick Préjean, Maurice Risch, Georges Beller, et Evelyne Leclercq. D’autres pièces suivront : « au pied levé » (premier rôle avec Christian Marin), « le centenaire » avec Pierre Doris et Bernard Mabille, le « Clan des Veuves » avec Ginette Garcin, « sacré Georges » avec Patrick Topaloff. Le Festival d’Avignon en 2007 dans la pièce « culte » d’Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri : « un air de famille ». fin 2014 début 2015 : tournée (avec Stone) dans la version actualisée du « clan des veuves ». Reprise de cette même pièce, en tournée avec Julie Arnold et Claudine Barjol à partir de septembre 2015.

Aussi à l’aise dans un décor de théâtre, que seule sur scène dans son tour de sketchs, chansons et imitations (avec ou sans musiciens), sa grande faculté d’adaptation lui permet d’aborder tous les publics avec aisance, élégance et humour.

Du même auteur

Related Products